Chutes Nauyaca et kayak dans les mangroves au Costa Rica

En route vers la côte Pacifique

Route panoramique, l’autoroute 2.

Après 5 journées magnifiques à Cahuita et Puerto Viejo, du côté de la mer des Caraïbes, nous partions à la découverte de la côte Pacifique. Pour ce faire, nous empruntions l’autoroute 2, traversant le pays, d’est en ouest. La route était sinueuse et nous montions en altitude au travers des magnifiques montagnes de la cordillère de Talamanca. La température se refroidissait graduellement pour devenir très fraîche et humide. Nous traversions les forêts humides, les nuages s’accrochaient sur notre route et la végétation était luxuriante et d’un vert impeccable.

Nuages dans les montagnes, Costa Rica.
Nuages dans les montagnes, Costa Rica.

Chutes Nauyaca

Arrivée à Uvita, une charmante petite ville au sud-ouest du Costa Rica, sur la côte Pacifique, on s’installa pour une nuit. Tôt le lendemain matin, nous partions à la découverte de magnifiques chutes dans la jungle. Situées tout près d’Uvita, les chutes de Nauyaca sont localisées dans un canyon d’environ 80 mètres de large où la rivière Barucito s’écoule.

Pour s’y rendre, nous avons empruntés le sentier pédestre (12 kilomètres aller-retour). Cette journée là, il faisait très chaud et humide, c’était très écrasant. La montée du canyon n’était pas si abrupte mais la chaleur avait raison de nous et ralentissait notre pas. Quelques touristes avaient plutôt décidé d’y aller à cheval. Un choix judicieux en cette journée chaude. Après les 6 kilomètres de marche, nous arrivions enfin aux premières chutes. Le paysage était vraiment incroyable! Ça valait le coup de suer autant pour se rendre. Voir ce grand bassin d’eau fraîche au pied des chutes était quasi comparable à voir un mirage dans un désert. Cependant, dans ce cas-ci, heureusement c’était vraiment réel. Sans aucune hésitation, je plongea dans l’eau pour me rafraîchir.

Les premières chutes sont en cascade et mesurent environ une vingtaine de mètres. Il est possible de les traverser et même de s’asseoir sous les chutes afin de profiter du pouvoir relaxant et tonifiant des chutes. C’était extraordinaire de se retrouver à cet endroit. Certains prenaient même plaisir à grimper sur les rochers et à sauter dans le bassin d’eau.

Chutes Nauyaca, Costa Rica
Chutes Nauyaca. Crédit photo : Larry Satterberg.

À ma grande surprise, une chute plus haute nous attendais à quelques minutes de marche plus loin. Celle-ci fait plus de 45 mètres de haut. D’énormes roches à la base de la chute rendent cet endroit unique. C’était vraiment relaxant de se retrouver à cet endroit. J’y aurais bien installé mon hamac pour quelques heures, mais fallait bien repartir. Comme on dit, toute bonne chose a une fin. Tout près des chutes, un petit resto offre rafraîchissements et quelques trucs à se mettre sous la dent. Prévoyez une heure de marche pour vous rendre et quelques heures sur place pour en profiter pleinement. Les chutes de Nauyaca sont un incontournable, pour tous ceux et celles qui aiment se retrouver en pleine nature. L’étonnante jungle du sud costaricain et ses magnifiques paysages vous comblera certainement.

Chutes Nauyaca, Costa Rica. Crédit photo : Wollertz.

Quepos

Quepos ou Puerto Quepos est une petite ville située en bord de mer, sur la côte Pacifique dans la province de Puntarenas. Autrefois, cette ville était peuplée par la communauté indigène Quepoa, d’où l’origine du nom de la ville Quepos. Cette ville est la porte d’entrée du parc le plus visité du Costa Rica, le Parc national Manuel Antonio. Pour s’y rendre, vous devez emprunter la route 68 qui vous mènera tout droit à l’entrée du parc. Au bout de cette route, vous arriverez dans une jolie baie où vous pourrez profiter de la Playa Espadilla. Un super endroit pour observer le coucher du soleil.

Coucher de soleil, El Avion

Toutefois, la route 68 est très touristique. Il n’y a que des hôtels, restaurants, boutiques souvenirs et attraits touristiques. Cependant, vous pourrez voir de superbes points de vue sur la mer à certains endroits. Même qu’un restaurant au concept plutôt original, offre une des vues les plus spectaculaires qui soit dans les environs, le restaurant El Avión.

El Avión restaurante

En août 2 000, un avion cargo C-123 (Fairchild) abandonnée fut acheté et livré en 7 sections et assemblé pour en faire un restaurant-bar très original. Le C-123 a été converti en un pub, un bar sur deux étages et le restaurant a été construit autour et au-dessus de l’avion. Situé à flanc de montagne, avec une vue magnifique sur la mer, c’est l’endroit par excellence pour profiter d’un bon souper et d’un superbe couché de soleil. El Avión est spécialisé dans les fruits de mer aux saveurs locales et offre aussi une belle carte complète, pour les goûts de tous. C’est vraiment un endroit à retenir. Réservez votre place dès que possible pour avoir un des meilleurs “spots” pour observer le coucher du soleil.

El Avion, Costa Rica
El Avion, Costa Rica. Crédit photo : Vert Voyage.

Parc national Manuel Antonio

Avant de partir pour le Costa Rica, j’avais collé sur ma carte routière une grosse étoile sur le Parc national Manuel Antonio, dans l’espoir de le visiter. Après avoir discuté avec des locaux, on nous a recommandé de visiter d’autres sites de la région tout aussi beaux mais plus sauvages et surtout, moins touristiques. Ils n’enlevaient rien à la beauté du parc, bien au contraire. Fuyant le tourisme de masse, je risquais d’être déçue même si ce parc regorge de richesses naturelles. La seule condition pour y aller, c’était d’arriver dès l’ouverture du parc. Avant même l’ouverture, nous y étions et à ma grande déception, il y avait déjà un “line up”. On a finalement décidé de rebrousser chemin et de suivre les recommandations que nous avions eu. J’ai peut-être manqué une belle opportunité de visiter ce parc toutefois, j’ai quand même pu voir et vivre autres choses de tout aussi beau et intéressant.

Kayak dans les mangroves

Kayak Lodge

Tout près de Quepos, à Damas, nous arrivions au Kayak Lodge. Deux jeunes filles costariciennes étaient dans la petite rue, tout près de l’entrée du Kayak Lodge et nous saluaient avec le plus grand et merveilleux sourire qui puisse être. Les propriétaires du Kayak Lodge, un couple d’un certain âge, nous ont aussi accueillis très chaleureusement. C’est le genre d’endroit et de personne qui te font sentir bien, comme si tu étais chez toi. La chambre était impeccable et les repas étaient concoctés avec amour. Une superbe piscine nous permettait de nous rafraîchir après un bain de soleil et nous pouvions profiter de leurs magnifiques jardins de fleurs. Ce qui était le plus fantastique, c’est qu’à deux pas de là, nous allions pouvoir faire une excursion en kayak au milieu des mangroves.

Monarque au Kayak Lodge, Costa Rica
Monarque au Kayak Lodge. Crédit photo : Vert Voyage.

Kayak dans les mangroves

Accompagné d’un guide, nous partions à la découverte des mangroves avec notre kayak tandem et une pageait à la main. C’était très excitant de faire cette excursion car je savais que nous allions voir des singes et moi, j’adore les singes! Tout au long de la randonnée en kayak, nous étions entourés de palétuviers, vous savez ces arbres incroyables avec de grandes racines-échasses?

Kayak mangroves, Damas
Kayak mangroves, Damas. Crédit photo : Vert Voyage.

En fait, les mangroves sont des écosystèmes particuliers, les plus productifs en biomasse de notre planète. La dégradation rapide de certains mangroves, dans le monde entier, est devenue préoccupante parce qu’elles constituent des stabilisateurs efficaces pour certaines zones côtières fragiles qui sont maintenant menacées, et parce qu’elles contribuent à la résilience écologique des écosystèmes après les cyclones et tsunamis et face aux effets du dérèglement climatique, incluant la montée des océans. Partout dans le monde, des appels de protection des mangroves ont émergés depuis les années 1970, notamment de la part du commandant Cousteau, du WWF ou de Greenpeace puis de nombreux écologues.

De magnifiques fleurs de la passion flottaient à la surface de l’eau à certains endroits et c’était de toute beauté à voir! On pouvait entendre le chant des oiseaux et les cris des singes un peu partout, c’était vraiment agréable à écouter. C’était un réel privilège de me retrouver dans cet environnement exceptionnel. Nous avons vu de nombreux sapajous capucins (petit singe au visage blanc), des paresseux, de nombreux oiseaux colorés et de jolies bébés opossums au creux d’une souche d’arbre mort. Cette randonnée en kayak, au milieu des mangroves, a été une expérience formidable que je garderai toujours en mémoire.

Sapajou capucin dans les mangroves
Sapajou capucin dans les mangroves. Crédit photo : Vert Voyage.

Parc national Carara et les crocodiles géants

Parc national Carara

Plutôt que de visiter le Parc national Manuel Antonio, mis à mal par la pression exercée par le tourisme, nous avons opté pour la visite d’un parc national moins couru des touristes qui était tout près et sur notre itinéraire. Situé dans la province de Puntarenas, le Parc national Carara protège notamment le bassin du Río Grande de Tárcoles. Le nom “Caraca” vient de la langue huetar, de la tribu amérindienne des Huetars, qui signifie “crocodile”. Malheureusement, il reste peu de vestige de cette civilisation, seulement quelques sites funéraires.

Le Parc national Carara est principalement reconnu pour son biotope tout à fait exceptionnel qui réunit la faune des forêts humides des plaines de la côte Pacifique Sud et celle de la forêt sèche du nord-ouest du Costa Rica. C’est un véritable point de jonction et de transition entre deux milieux naturels très différents. En plus de sa flore aux caractéristiques tout à fait exceptionnelles, ses arbres abritent une grande diversité d’espèces d’oiseaux. La plus connue et l’une des plus en danger est l’Ara rouge. Ce perroquet aux couleurs flamboyantes, l’emblème du Costa Rica, est facilement observable au parc Carara.

Perroquets aux couleurs flamboyantes
Perroquets aux couleurs flamboyantes. Crédit photo : Vert Voyage.

La population des aras a malheureusement diminué en raison du braconnage et l’utilisation des pesticides mais j’ai tout de même eu la chance d’en observer quelques-uns. Vous pourrez également observer plusieurs espèces d’oiseaux (400 espèces différentes). Plusieurs ornithologues-photographes amateurs et professionnels étaient d’ailleurs présents dans les sentiers.

Aussi, vous risquez de voir de nombreux mammifères tels que : singes, cerfs de Virginie et paresseux. Ce qui a particulièrement attiré mon attention dans ce parc, ce sont les énormes arbres Ceibas. Le Ceiba pentandra ou Fromager ou encore arbre à kapok bois coton, est un grand arbre des zones tropicales produisant une fibre végétale imputrescible, nommée kapok. Le Ceiba était un arbre très sacré pour les Mayas. Cet arbre imposant peut atteindre 40-60 mètres de hauteur. Son tronc lisse est couvert de grosses épines coniques et avec l’âge, il développe d’énormes contreforts épineux.

Arbre ceiba, Parc Carara
Arbre ceiba, Parc Carara. Crédit photo : Vert Voyage.

Petit conseil, prévoyez une demie journée pour visiter le parc et pour faire un arrêt au pont des crocodiles géants.

Le pont aux crocodiles géants

Situé au nord de la route, tout près de l’entrée du parc, le pont aux crocodiles géants est un lieu de prédilection pour les observer. Ils sont nombreux à se tenir bien peinard dans la Río Tárcoles. Il est donc facile de les observer et de les prendre en photo. Plusieurs sont gras comme des voleurs. Les sauriens (crocodiles) font partie des plus gros crocodiles au monde.

Crocodiles Riu Tarcoles
Crocodiles Riu Tarcoles. Crédit photo : Vert Voyage

Conclusion

Cet article est le dernier de mon carnet de voyage relatant mon expérience lors de mon séjour au Costa Rica en 2016. Cet extrait de mon voyage “Chutes Nauyaca et kayak dans les mangroves” est la rencontre avec le milieu sauvage de la côte Pacifique sud, une magnifique région. Par choix, je n’ai pas visité le Parc national Manuel Antonio et je n’ai aucun regret. Il y a tellement à voir au Costa Rica. Cependant, il n’est pas dit que je n’irai pas un jour. Toutefois, ça m’amène à m’interroger sur l’importance de contrôler le flux touristique dans nos parcs nationaux et réserves naturelles. Le Costa Rica, reconnu mondialement comme étant le pays de l’écotourisme est maintenant victime de sa grande popularité. Bientôt, je ferai un article sur l’écotourisme et sur les enjeux environnementaux du Costa Rica, tout en mettant en avant plan les bons coups. Un pays inspirant, d’une beauté et richesse incroyable!
Drapeau Costa Rica. Crédit photo : Vert Voyage.

Références et liens utiles

*L’incontournable blog du Costa Rica, pour vos réservations (4X4, hôtels, etc.) et de précieux conseils.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.